Debian, Ubuntu, dedibox v3 : deuxième round

Influence de l'ext4 sur les performances

Debian

Un peu étonné des résultats d'avant-hier montrant Ubuntu largement à la traine par rapport à Debian, j'ai voulu vérifier les résultats en utilisant cette fois la même dedibox v3. J'ai donc relancé une fois le benchmark en Ubuntu 10.04 64bits, puis je l'ai réinstallée complètement en ext4 (dispo depuis peu à l'install dedibox).

L'apport de l'ext4 est ici nettement visible en écriture. Sinon les résultats sont assez proches.

Debian vainqueur par K.O.

J'ai ensuite réinstallé avec la Debian 5.0 Lenny proposé aussi par dedibox. Et là on retrouve bien la même différence qu'avant-hier, que je trouve énorme. Je n'ai pas encore eu le temps de creuser, il s'agit sûrement d'un réglage lors du montage, de la journalisation, du scheduler ou je ne sais quoi d'autre. En tout cas pour une installation par défaut c'est regrettable.

Vous me direz, oui, mais l'Ubuntu peut être installée directement en ext4, qui améliore pas mal. Qu'à cela ne tienne, comparons donc la vieille Debian 5.0 ext3 et la nouvelle Ubuntu 10.04 ext4. Là encore, la Debian est plus rapide, sauf en écriture pour les gros fichiers :

Et la prochaine Debian 6.0 ?

Pour finir, j'ai effectué la mise à jour en Debian 6.0 Squeeze, qui vient juste d'être gelée. Pour mémoire, l'upgrade en Debian 6.0 se déroule en gros comme ceci :

  • remplacer lenny par squeeze dans /etc/apt.sources.list
  • # aptitude update
  • # aptitude install apt aptitude dpkg
  • # aptitude full-upgrade
  • # upgrade-from-grub-legacy
  • # aptitude install linux-image-2.6-amd64
  • remplacer GRUB_DEFAULT=0 par GRUB_DEFAULT=2 dans /etc/default/grub
  • # upgrade-grub
  • # reboot
  • # aptitude remove --purge linux-image-2.6.32-bpo.4-amd64
  • Remettre GRUB_DEFAULT=0 dans /etc/default/grub
  • # upgrade-grub

Debian 5.0 et Debian 6.0 sont très proches, même si on note un léger avantage à la nouvelle version :

Et Debian 6.0 en ext4 ??

Ah mais vous voulez vraiment le beurre et l'argent du beurre... Bon ok. On lance le système de secours Dedibox, puis :

  • # sudo tune2fs -O extents,uninit_bg,dir_index /dev/sda1
  • # sudo tune2fs -O extents,uninit_bg,dir_index /dev/sda2
  • # sudo e2fsck -fDC0 /dev/sda1
  • # sudo e2fsck -fDC0 /dev/sda2
  • Puis remplacer ext3 par ext4 dans /etc/fstab.
  • Par précaution j'ai aussi fait un update-grub après avoir chrooté la racine, puis monté /boot, /proc et /sys, mais je pense que c'était inutile.

Ensuite on redémarre, et voici ce que ça donne. Comme pour l'Ubuntu, le système de fichiers ext4 améliore surtout les performances en écriture. Mais l'amélioration est encore plus spectaculaire, car on gagne ici 70% au lieu de 60% (sur la moyenne) dans le cas de l'Ubuntu :

La conclusion, c'est que Debian fait toujours du bon boulot... Je ne pense pas que le problème vienne spécialement des Dedibox, car je retrouve la même forme sur mon portable en Ubuntu 64bits ext4.

Comparatif entre les disques durs Dedibox v1, v2, v3 :

Lors des tests précédents j'ai lancé simplement iozone -a, qui utilise les buffers du noyau lors des transferts. C'est pour cette raison qu'on obtient des taux énormes, de l'ordre de 1 ou 2 Go/s. C'est un bon test en conditions réelles car il fait intervenir aussi le CPU. Si on recommence la même chose en lançant plutôt iozone -aI, on obtient le taux de transfert réel du disque dur, plus utile pour tester vraiment le matériel. C'est le même genre de différence qu'entre hdparm -t et hdparm -T. Voici donc la comparaison entre les trois dedibox. Pour la dedibox v1 j'ai limité le nombre de tests, faudrait pas la fatiguer, ni qu'elle meure avant la migration... :)

La surprise, c'est que le disque le plus lent est celui de la dedibox v2. Quant à la v3, elle reste encore la plus rapide. J'ai aussi effectué le test en ext4, et là encore on note une belle amélioration des performances grâce à l'ext4.