Tux et Python en 3d-Relief pour le stand AFPY

Si vous êtes passé au Salon Linux et OpenSource cette année et si vous avez eu la bonne idée de marcher jusqu'au fond à gauche du hall, vous n'aurez certainement pas raté le stand AFPY. J'ai eu la chance de pouvoir emmener un écran 3D-Relief sans lunettes, 24 pouces, de marque Alioscopy, prêté par la société Relief.fr. Pour l'occasion, j'ai effectué une journée de prise de vue en studio avec deux célèbres peluches, Tux et Alain. Tux, tout le monde connait, c'est le pingouin de Linux. Mais si vous ne connaissez pas Alain, il s'agit de la mascotte de l'AFPY, un Python en peluche ramené des JDLL 2008.

Tux et Python

Cette technologie est extraordinaire pour attirer l'attention des visiteurs. Les gens étaient subjugués par l'effet de Relief et la majorité n'avait jamais vu ça. Il y avait un attroupement permanent devant le stand et j'ai passé les trois jours à expliquer comment les écrans fonctionnent. Tout le monde a déjà vu des images en relief, ça fait au moins 200 ans que ça existe (bien avant la photographie). Mais du relief sans lunettes sur un écran LCD, ça paraît surnaturel. J'aurais vraiment du préparer un petit papier explicatif à distribuer...

Pour rappel, le principe est entièrement passif, il s'agit d'une dalle en verre composée d'un réseau très complexe de microlentilles qui permettent de restituer 8 images selon 8 angles différents. Derrière le réseau, les 8 images d'origine sont recomposées en une seule (une sorte de multiplexage), en voici un aperçu grossi 4 fois:

Tux et Python

Cela dit l'écran ne fait pas tout, il faut maîtriser la fabrication d'images sur 8 points de vue. Ici c'est plus que de la stéréoscopie classique à deux images : il y a 8 images ! Du coup le travail de post-prod est plus important et plus complexe, il faut choisir la bonne base, collimater au bon endroit, travailler la lumière, s'assurer que le jaillissement et la profondeur sont correctement proportionnés et positionnés par rapport au cadre de l'écran, etc. Il faut aussi créer un décor. Pour cette fois j'avoue que je me suis pas foulé.

Ces photos correspondent à une des photos de la série des 8 points de vue. Bien entendu le Relief n'apparaît pas sur votre écran, mais je me suis quand-même amusé avec le GIMP à reconstituer tout en bas de l'article une image en stéréoscopie anaglyphique. Si vous avez des lunettes rouge et bleue vous pourrez avoir un aperçu de ce que les visiteurs du Salon ont pu voir. Un aperçu seulement, car sur écran Alioscopy, vous pouvez légèrement tourner autour de l'objet en vous déplaçant. En stéréoscopie classique c'est impossible.

Tux et Python Tux et Python Tux et Python Tux et Python Tux et Python Tux et Python

Mmmh, oui, Python donne des forces à votre Linux ;)

Tux et Python

Sur celle-ci le relief était exagéré. le jaillissement du Python atteignait quasiment 1m, et la tête est floue et trop sombre.

En anaglyphe

Là il faut des lunettes rouge et bleu. Si vous n'en avez pas, vous pouvez toujours en commander ici.

Tux et Python en anaglyphe

La création d'une image anaglyphique est un jeu d'enfant. Dans le GIMP (v2.4), vous ouvrez les deux images, puis menu Couleur -> Composants -> RVB en calque, puis vous intervertissez le rouge et le bleu, vous fusionnez les deux verts à 50%, et vous recomposez. C'est la technique la plus basique, on peut faire plus subtil. Le résultat est moyen car il y a des images fantômes, mais c'est fait en 2 minutes.

En vision croisée

Sans lunettes, en plaçant les images gauche et droite côte à côte puis en louchant pour aligner les deux images, vous pouvez voir le relief, et même mieux qu'avec les lunettes. C'est de la vision croisée, ça fait mal à la tête mais c'est paraît-il un excellent exercice de rééducation orthoptique.

Tux et Python en vision croisée